Proposition: Système de qualification pour les Jeux Olympiques

Fédération suèdoise d’escrime

Proposition pour le congrès FIE 2021

Résumé

Cette proposition a pour but de promouvoir le développement mondial de l’escrime en augmentant de manière considérable le nombre de fédérations ayant des participants aux Jeux Olympiques (JOs). L’accent est mis sur la qualification individuelle. En permettant de nommer seulement un athlète par nation, genre et arme, cela mène à une participation bien plus diverse par rapport aux systèmes de qualification précédents. On peut raisonnablement s’attendre à un effet positif sur la croissance et la visibilité de l’escrime dans un plus grand nombre de pays et ainsi à une augmentation de l’attractivité de notre sport. Eventuellement, cela permettra de reprendre la discussion avec le Comité International Olympique (CIO) sur les possibilités d’améliorer les conditions pour l’escrime aux futurs JOs.

Qualification individuelle – lignes directrices

  1. Le tireur de chacune des 4 équipes qui est placé le plus haut dans le classement de la FIE (FIE Official Ranking)
  2. Les 10 meilleurs tireurs du classement FIE Adjusted Official Ranking (AOR)(voir Annexe 1), avec au maximum 1 tireur par pays
  3. Les 8 meilleurs tireurs de la liste AOR par zone, avec 1 tireur de n’importe quel pays (2 de l’Europe, 2 de l’Asie-Océanie, 2 des Amériques et 2 d’Afrique)
  4. Les champions des 4 tournois de qualification par zone

Qualification par équipes

  1. Les meilleures 4 équipes d’un tournoi de qualification

Proposition

  • Que les règles soient modifiées de la manière suivante (texte en bleu) :

o.65

La participation aux événements individuels est limitée à un tireur par genre, arme, nation.

o.53

1. Le règlement pour les invitations et participation aux Jeux Olympiques est établi par le CIO.

2. Le congrès FIE établit les règles pour la participation aux Jeux Olympiques, y compris les critères de qualification, suivant la charte olympique. Ces critères doivent être soumis au Conseil d’administration du CIO pour approbation.

  • Que le congrès définisse le système de qualification pour les Jeux Olympiques de Paris 2024 suivant la proposition exposée dans l’Annexe 1.

Motivation

Les critères de qualification actuels pour les Jeux Olympiques datent depuis les JOs d’Atlanta en 1996. Une des priorités les plus importantes a été de maintenir la taille de la compétition par équipes afin de garder un certain degré d’universalisme aussi parmi les équipes. Afin d’assurer un nombre raisonnable de participants, les membres des équipes qualifiées sont automatiquement qualifiés pour la participation aux épreuves individuelles – sans aucune considération de leur résultat dans le classement individuel de la FIE. Dans chaque épreuve individuelle aux JOs 24 tireurs se qualifient par leur équipe et seulement un nombre limité de tireurs peuvent se qualifier individuellement.

Les résultats de cette qualification sont illustrés dans les graphes et tableaux ci-dessous, basés sur la participation aux Jeux Olympiques de 2004-2016 (Athènes 2004, Beijing 2008, Londres 2012 et Rio 2016). Les conséquences les plus importantes peuvent être résumées tel que suit :

  • Le système actuel mène à un nombre très restreint de fédérations d’escrime participant aux Jeux Olympiques et l’écart entre ces pays et le grand nombre de pays qui n’ont aucun participant ou seulement un participant occasionnel semble s’élargir.
  • Il y a un mouvement limité au niveau des résultats. Peu de nouvelles nations arrivent à entrer et certaines nations ont des positions très stables. Ceci est illustré par le fait que presque 70% des médailles olympiques à ces quatre JOs ont été gagnées par seulement six pays : Russie, Chine, USA, France, République de Corée et Italie.
  • Le nombre de nations participant aux Jeux Olympiques est limité, comparé au nombre de fédérations affiliées à la FIE.
  • La qualification par équipes absorbe un quota si important du total de places disponibles que certains des meilleurs tireurs au monde dans chaque arme sont empêchés de participer aux compétitions individuelles. Ceci rend les compétitions individuelles moins prestigieuses et résulte dans un traitement injuste des meilleurs athlètes.
  • Il semble évident que l’effort d’avoir une universalité à travers les quotas de zone dans les compétitions par équipes résulte en une conservation de l’ordre déjà établi dans chaque zone.

Qualification olympique pour l’escrime 2004-2016

Compétition par équipes

Le tableau ci-dessous montre 23 fédérations nationales qui se sont qualifiées avec au moins une équipe entre 2004 et 2016 (les pays hôtes Grèce, Chine, Grande Bretagne et Brésil également inclus). Pendant cette période, 16 compétitions par équipes olympiques ont eu lieu, ce qui implique au moins 128 qualifications. Seulement 23 fédérations ont pu se qualifier pour ces 128 places et, comme montre le tableau, 6 pays se partagent plus de la moitié des places, 74 sur 128.

Compétitions individuelles – Nombre de qualifications individuelles par fédération nationale aux Jeux Olympiques 2004-2016

Les 6 meilleures nations : qualifications et médailles 2004-2016

Analyse

Le système de qualification actuel présente une barrière d’entrée très élevée pour les fédérations qui ne sont pas déjà victorieuses et ont ainsi déjà un financement établi pour leur escrime à haut niveau. Une qualification n’est ainsi possible que pour les fédérations qui peuvent financer un effort à haut niveau pour leurs équipes, non seulement durant la période de qualification mais aussi durant les quatre saisons précédant les Jeux. Normalement ce genre de projet ne peut être financé que par le gouvernement ou le Comité Olympique National d’un pays, puisque les sponsors commerciaux jouent un rôle marginal dans notre sport. Etant donné que les efforts sont si onéreux et les fonds toujours limités, les responsables des finances doivent mettre une priorité et vont ainsi financer de préférence des projets qui ont déjà du succès.

Les possibilités très limitées pour une qualification individuelle mettent aussi l’accent sur la difficulté d’une participation olympique. L’expérience montre que dans certaines zones, il faut être un candidat pour la médaille d’or afin de se qualifier pour la participation.

Dans les pays qui n’arrivent pas à qualifier des participants olympiques ou qui participent seulement de manière occasionnelle, il est très difficile d’attirer l’attention du public national pour l’escrime et ainsi de permettre au sport de grandir. La présence dans les médias imprimés et la télévision est très limitée.

L’expansion continuelle dont un sport a besoin pour éviter un développement négatif manque. Ceci est sans doute une raison pour laquelle il est difficile pour l’escrime d’attirer une attention médiatique globale.

Situation actuelle et possibilités

Il est très difficile de trouver une solution facile au problème de qualifier 212 athlètes pour six épreuves par équipes et six épreuves individuelles. Deux solutions discutées dans le passé ont été soit une augmentation du quota total de tireurs soit rendre l’accréditation transférable entre les épreuves, pour permettre à 212 athlètes de participer aux compétitions individuelles et 212 autres athlètes de participer aux épreuves par équipes.

Cependant la FIE a déjà discuté deux fois la proposition des accréditations transférables avec le CIO, inclus pour Paris 2024 et le CIO ne l’a pas acceptée. Le CIO a également été très clair qu’une augmentation du quota d’athlètes n’est pas sur l’agenda de Paris 2024 étant donné que le but à long terme est de limiter le nombre de participants aux Jeux Olympiques à 10,500.

Il n’y a pour l’instant aucune indication que la position du CIO va changer pour les Jeux futurs. Selon les données actuellement disponibles, le CIO ne serait enclin d’accepter de nouveaux changements que si la FIE peut présenter des preuves concrètes de développement et de progrès afin d’augmenter la popularité du sport, aussi parmi les jeunes. Sans cela, tout effort d’obtenir des concessions du CIO ne pourra aboutir et sera définitivement rejeté.

Sans l’accord du CIO, il est seulement possible d’apporter des améliorations au système actuel de qualification en acceptant les principes de base : 212 places pour les athlètes dans six événements individuels et six événements par équipes.

Conclusion

La priorité du système de qualification olympique proposé doit être un déplacement de la qualification par équipes vers une qualification individuelle plus soutenue. Nous devons baisser les barrières d’entrée et élargir la participation. La ligne directrice doit être de permettre à un maximum de fédérations nationales de participer aux Jeux Olympiques et prendre avantage des possibilités de promotion et de financement qui peuvent permettre à notre sport de se développer et de s’établir dans tous les continents. En même temps, la participation des meilleurs tireurs du monde dans chaque arme doit être assurée.

La présente proposition permettrait à 26 pays différents d’être représentés dans chaque compétition individuelle. Il serait très probable qu’avec ce système plus de pays participeraient aux épreuves d’escrime à Paris 2024 que le total des pays représentés lors des quatre Jeux Olympiques 2004-2016. Ceci augmenterait l’exposé médiatique de notre sport de manière radicale et attireraient plus de gouvernements et de comités olympiques nationaux de s’engager dans l’escrime et le financement de projets à haute performance.

Cette priorité s’aligne parfaitement avec les recommendations dans l’Agenda 2020 +5 du Comité International Olympique (CIO). Les 15 premières recommendations soulignent l’importance de renforcer le caractère unique et universel des Jeux Olympiques. A travers le système de qualification proposé, nous franchirions un grand pas vers l’universalité, en montrant le caractère unique des Jeux par la participation de pays de toutes tailles. De plus, la séparation entre les épreuves individuelles et par équipes serait une contribution importante au message d’attirer les meilleurs athlètes du monde.

Le désavantage de notre proposition est que la taille de l’épreuve par équipes serait réduite. Cependant, la situation actuelle n’est pas soutenable ou juste et il est évident que le monde de l’escrime a besoin de réformes pour rendre l’escrime international plus pertinent pour un plus grand nombre de ces membres. A ce point-ci, ce ne seront pas les épreuves par équipes qui seront la force motrice pour le développement global de notre sport.

L’idée est d’organiser une grande compétition prestigieuse avant les Jeux Olympiques pour permettre la qualification de quatre équipes pour la finale aux JOs. Ceci serait aussi en accord avec la recommendation de l’Agenda 2020 +5 du CIO d’ »améliorer et promouvoir le parcours jusqu’aux Jeux Olympiques » et ainsi d’ouvrir une autorisation pour l’utilisation de la marque olympique (branding). Notre espoir est que les effets de la réforme proposée seront clairement visibles aux nations participantes et augmenteront l’intérêt pour l’escrime parmi les jeunes dans plus de pays. Par la suite, il serait possible de reprendre contact avec le CIO pour considérer les prochaines étapes pour les épreuves d’escrime par équipes lors des Jeux Olympiques.

Par une réforme du système de qualification olympique la communauté globale de l’escrime poserait une fondation solide pour un changement positif à échelle mondiale qui permettrait à l’escrime de grandir et prospérer dans plus de pays. Ceci augmenterait la popularité du sport and renforcerait son attrait pour les populations jeunes et ainsi assurerait son avenir.


Annexe 1

Système de qualification pour les Jeux Olympiques 2024

Quota

AllocationPlaces
Hommes individuels       66
Femmes individuelles66
Equipes masculines        36
Equipes féminines36
Pays hôte8
Total212

6 épreuves individuelles et 6 épreuves par équipes

En plus de la possibilité de qualification suivant les règles proposées, le pays hôte a le droit d’inscrire 8 tireurs, suivant une distribution libre entre épreuves par équipe et individuelles.

Les épreuves individuelles rassembleront 26-27 tireurs dans chaque arme avec un maximum d’un représentant par pays, sauf pour les membre qualifiés par le biais des équipes.

Les épreuves par équipes rassembleront 4 équipes dans chacune des armes. Les équipes comprendront 3 tireurs, donc pour 4 équipes 12 tireurs dans chaque arme, avec additionnellement l’équipe du pays hôte si nécessaire.

Qualification individuelle

  1. Le tireur de chacune des 4 équipes qui est placé le plus haut dans le classement de la FIE (FIE Official Ranking)
  2. Les 10 meilleurs tireurs du classement FIE Adjusted Official Ranking (AOR), avec au maximum 1 tireur par pays
  3. Les 8 meilleurs tireurs de la liste AOR par zone, avec 1 tireur de n’importe quel pays (2 de l’Europe, 2 de l’Asie-Océanie, 2 des Amériques et 2 d’Afrique)
  4. Les champions des 4 tournois de qualification par zone

Dans aucun cas un pays ne peut qualifier plus qu’un tireur par arme.

AOR (Adjusted Official Ranking = classement officiel ajusté) est le classement FIE officiel modifié de la manière suivante :

Le meilleur tireur par pays et arme reste sur la liste, à part les tireurs des quatre pays qualifiés par équipes, tandis que les autres noms sont retirés.

Qualification par équipes

  1. Les meilleures 4 équipes d’un tournoi de qualification

Redistribution des places non utilisées

Si un Comité Olympique National n’annonce pas la participation des tireurs qualifiés dans les délais imposés ou retire la participation d’un tireur, la FIE pourra redistribuer les places disponibles de la manière suivante :

  • Si le tireur s’est qualifié par l’AOR, la place sera redistribuée au prochain meilleur tireur dans ce classement
  • Si le tireur s’est qualifié par l’AOR de zone, il/elle sera remplacé par le prochain meilleur tireur dans l’AOR de la même zone.

Redistribution de places non utilisées par le pays hôte

Si le pays hôte n’utilise pas ses 8 places, les places non utilisées seront redistribuées par une commission tripartite.